Une bande de copains bosseurs, tous réunis autour du thème de la construction européenne.

Des marcheurs réunis en bande à Bonn le week-end dernier deux jours durant. Leur thème ? Piloter ensemble la construction européenne sous les couleurs de la République en Marche.


C’est une de ces facettes du mouvement En Marche! que chacun de nous, adhérent ou sympathisant, apprécie à sa juste valeur, le retour du Citoyen au centre du débat politique.

Elles et ils sont pourtant venus de loin, de Vienne, de Kehl, de Münich ou encore de Paris pour débattre ensemble sur le devenir du mouvement en Allemagne et en Autriche. La proximité, c’est aussi cela.

Certes, il y avait déjà eu quelques ébauches et tentatives auparavant, d’une ampleur différente. Cette nouvelle rencontre fut marquée pour un travail de fonds sur les différents pôles thématiques pour lequel le mouvement s’engage en Allemagne et en Autriche.

Cette bande, si sympathique soit elle, c’est avant tout une fourmilière de compétences.

Les témoignages et les encouragements n’ont pas manqué à l’appel : pas moins que Christophe Castaner, Julien de Normandie, Astrid Panosyan ont répondu présent. Raisons de plus alors de s’attaquer tambour battant aux thèmes, sans attendre et sans détour.

Il faut dire que le programme était chargé. Isabelle Négrier, la référente LaREM Allemagne-Autriche, y a bien veillé, aidé par les trois mousquetaires que sont Jean-Pierre, Richard et Adrien. Sans oublier Alexandre, référent du 93.

C’est dans ces conditions qu’une synergie battante s’est développée, à vive allure, bousculant parfois ou souvent le calendrier initial. Or c’est aussi cela En Marche! aller droit vers le résultat. Car l’ambition ne manque pas : c’est celle de porter un projet concret en 2019, celui d’une Europe nouvelle, sociale et forte.

Les initiatives ne manquent pas, loin de là, démonstrations et résultats à l’appui, le think-tank est loin de se tarir.

Le challenge à l’avenir revient à fédérer les efforts de chaque comité, à coordonner les actions et à harmoniser une communication pour mieux poser nos pions sur l’échiquier. L’orchestre se pose, s’essaie et accorde ses violons et clarinettes pour mieux enchaîner sur la symphonie à jouer. Un air d’Ode à la Joie qui ferait sourire Beethoven.

Tous s’accordent à dire que le mouvement En Marche! suscite beaucoup de curiosité.

Les résultats en France interpellent, la méthodologie et la cohésion provoquent le respect. Alors oui, si la convoitise n’est pas loin, le risque d’instrumentalisation est grand. Marcheuses et Marcheurs doivent rester vigilant car ils ont une identité et un programme à défendre. Qu’on se le dise donc.

Parce qu’élu par le Peuple pour le Peuple est une valeur républicaine fondamentale, deux députés LaREM apportèrent leur contribution. Cette proximité citoyenne, celle du terrain, n’est pas de la théorie exprimée sur un bout de papier, elle est concrète.

Un témoignage majeur, celui de Christophe Arend, Président du groupe d’amitié franco-allemand, pour nous rappeler que l’Europe est tout sauf une banalité, elle nous accompagne dans la vie de tous les jours. Député ou copain ? Difficile de le dire, mais il fait bien partie de la bande.

Ne croyez surtout que la représentation nationale s’arrêta là. Non, c’est ensuite le tour de Pieyre-Alexandre Anglade de nous présenter ce projet de réformisme européen pour fédérer autour du mouvement En Marche!

Les enjeux sont définis, la conclusion est unanime : ensemble, nous avons des chances réelles de réussir. La bande de bosseurs se redonnent rendez-vous dans trois mois.

Premier comité de pilotage à Bonn

Communiqué de presse LaREM Allemagne-Autriche du 7 février 2018

 

Eine Antwort auf „Une bande de copains bosseurs, tous réunis autour du thème de la construction européenne.“

  1. un max de compliments, ça marche pour nous , bravo aux marcheuses et aux marcheurs du nord de notre Allemagne,
    qui montrent l’exemple à tous!

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.