Parlons de territoires et relocalisons le QG d’En Marche! à Bourges ! Seul un parisianisme jacobin pourrait y faire objection.

La machine En Marche ! est lancée à vive allure, peut-être trop vite. Une forme de parisianisme, qu’il serait vain de nier, risque de faire dérailler le train rapidement si nous ne restons pas vigilants.


Le chemin parcouru sur ces 18 derniers mois par notre mouvement est hallucinant. Il suscite au-delà de la curiosité légitime un respect profond de nos détracteurs. Il inspire au-delà de nos frontières de nouvelles vocations et des dérivés que certains cherchent à adapter et modifier. Soyons-en fiers, c’est un bon augure pour nos idées progressistes.

Le revers de la médaille, c’est la nécessité légitime d’asseoir En Marche ! sur des fondations capables de porter le mouvement plus loin.

Désignons cette phase l’accès à la maturité.

Aussi faudrait-il ne pas oublier dans cette démarche nos origines et nos motivations : une attente et une volonté de renouveler, de changer les pratiques. La base En Marche, celle d’En Bas est et reste avant tout un fonctionnement participatif.

Légitime me diriez-vous ? Oui, vous avez-raison, elle est source d’innovation.

C’ est cette proposition, cette force de proposition qui nourrit l’essence même d’En Marche ! Le scientifique parlerait lui d’ADN.

Laissez-nous alors regarder comment des partis politiques, comme le parti socialiste en France, se sont effondrés pour s’en apercevoir trop tard, bien trop tard. Cette sclérose repose sur un décalage complet entre la base et le décisionnel. Une équipe de penseurs (ou tout au moins de penseurs pensant qu’ils pensent…) et de décideurs pilote la machine, une sorte de technocratie politique, une usine pour des décrets et de mesure uniformes. Le relais sur le terrain ne passant pas, le train socialiste a déversé dans chaque arrêt des wagons entiers de militants désillusionnés, voire écœurés. La suite, nous la connaissons tous.

De ces erreurs, apprendre nous devrions. Aujourd’hui, le ressentiment au niveau territorial devrait alerter En Haut ! sur le risque d’une sclérose possible.

Le parisianisme qu’il faut bien nommer par son nom et sans inimitié, risque de susciter incompréhension et mécontentement. Le ressentiment a une amie perverse, la frustration.

La farce parisienne des jumelages entre comités en est un exemple flagrant. Seuls les comités parisiens ont été invités à se jumeler, mais attention, pas de n’importe quelle façon! Un arrondissement de Paris, dans sa majestueuse grandeur, se doit de se jumeler avec une capitale, cela va sans dire.

Bordeaux,  Lyon, Marseille et bien d’autre métropoles européennes restent sur le carreau, peut-être par manque de prestance, qui sait ? Dans sa hâte, Paris se jumelle aussi avec Édimbourg. Là, il faudrait m’expliquer cet amour culinaire soudain pour le haggis. À une tentative amicale de jumelage entre Paris et Hambourg, le démenti élégant mais informel est apporté de suite. Athènes sourit, Hambourg s’interroge.

Le risque d’une pyramide inversée du haut vers le bas se dessine à l’horizon. Paris décide, travaille le discours politique, la base exécute : le jacobinisme arrive sur le devant de la scène.

Aux contraintes sur le terrain, aux difficultés territoriales, au manque de moyens et de ressources : peu de réponses sont apportées, ou si réponses il y a, elles se font rares, trop rares, et ne prendront effet que progressivement.

Difficile dans ces conditions de construire un lien de confiance, un risque accru de casser la dynamique sur le terrain.

La Convention du 18 novembre prochain à Lyon devrait apporter, souhaitons-le, quelques réponses structurelles. La question est de savoir si elle peut ou non relancer cet élan enthousiaste dans la théorie mais désamorcé sur le terrain.

Elle devra aussi remettre En Marche ! en marche de nouveau.

D’où des enjeux majeurs, car la richesse de notre mouvement, c’est bien sa diversité. Ne pas la préserver et lui redonner son importance, c’est quelque part une forme de mépris de ceux d’En Bas!.

En conclusion, en défenseurs de la mobilité, nous suggérons d’installer le QG de LREM à Bourges – le SPD a bien été fondé à Bad Godesberg – et bien sûr, nous suggérons de jumeler les comités de Bourges avec ceux de New York, à moins que Châteauroux ne rafle la mise.

3 Antworten auf „Parlons de territoires et relocalisons le QG d’En Marche! à Bourges ! Seul un parisianisme jacobin pourrait y faire objection.“

  1. EM a imaginé le mouvement basé sur l’intelligence collective, l’intelligence des gens de terrain. Il est primordial de retrouver cet élan. Si le mouvement n’est pas capable de revenir à ces fondamentaux alors nous avons perdu. Et les mauvais prédicateurs, qui criaient si EM est élu nous aurons le FN au pouvoir dans 5 ans, aurons raison. Le risque est grand.
    Les prochaines élections du bureau exécutif et du délégué général devrait remédier à tout cela nous l’espérons.

  2. Cher Francis,
    J´ai relu et relu ton excellent article et le titre a attiré mon attention « …Seul un parisianisme jacobin pourrait y faire objection »

    J’ai déjà exprimé dans une de mes emails mes craintes que comme tu le cites « la machine est en marche, elle est lancée à vive allure ! … effectivement elle est en marche et à une telle vitesse comme un train à grande vitesse dont le conducteur de ce TGV semble ignorer les signaux d´alarmes qui lui sont lancés !

    Il semble oublier de prendre d´autres passagers qui attendent sur les quais de gares qu’il passe à grande vitesse sans s’arrêter, se contentant des privilégiés qui sont montés dès le début sur ce train de l’espoir, à la gare de départ !
    S’arrêter aux prochaines gares et faire monter ceux des passagers encore pleins d’enthousiasme, d’engagement, et faire le point des critiques lancées à ceux qui semblent décider de la direction à prendre. Car bien souvent ce n’est l´intelligence qui dicte les bonnes actions, décisions, mais le cœur !

    L’histoire nous donne tellement d’exemple sur la dérive que prennent certains mouvements d’idées, idéologiques, influencés par les débats ou une élite pensante être la seule à penser, ignore que d´autres aussi possèdent une autre facette de ce diamant de l’intelligence qui les rend plus sensibles, même sur le plan social, humanitaire, éducatif, et autres que nos plus grands philosophes ont déjà à maintes fois débattu et je citerai l’un parmi les plus grand :

    Montesquieu et les régimes politiques (Monarchie, République, Despotisme) :
    – “L’amour de la démocratie est celui de l’égalité”
    – “La république est le régime où le peuple en corps, ou seulement une partie du peuple, a la souveraine puissance”
    – “La liberté politique dans un citoyen est cette tranquillité d’esprit qui provient de l’opinion que chacun a de sa sûreté ; et pour qu’on ait cette liberté, il faut que le gouvernement soit tel qu’un citoyen ne puisse pas craindre un autre citoyen”
    – “La raison pourquoi la plupart des gouvernements de la Terre sont despotiques, c’est que cela se fait tout seul. Mais, pour des gouvernements modérés, il faut combiner, tempérer les puissances ; savoir ce qu’on donne à l’un, ce qui reste à l’autre ; enfin il faut un système, c’est-à-dire une convention de plusieurs et une discussion d’intérêts”….

    La masse pensante doit être associée à toutes décisions et non uniquement par un groupe élitaire dont certains opportunistes éloquents /tes semblent actuellement occuper à eux seuls quotidiennement le devant de la scène entre-autre aussi audio-visuelle, médias et réseaux sociaux. Cela va à court terme désillusionner un grand nombre d´adhérentes et adhérents du mouvement « En Marche »….

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.