Pourquoi tant de craintes en Allemagne aux regards de la démarche d’Emmanuel Macron ?

Craintes et plébiscites dans la presse européenne sur les propositions pour une Europe forte et unie d’Emmanuel Macron. Alors que la revue «The Economist » évoque un nouveau leadership en Europe, un certain contraste s’installe sur la façon dont les propositions de Macron sont accueillies par la presse allemande et par de nombreux politiciens Outre-Rhin. Une mise au point s’impose.

Sans vouloir rentrer trop dans les détails, réformer l’Europe passe selon Macron  par de multiples mesures et projets : harmonisation des taxes et de l’imposition en Europe sur les sociétés qui ne paient pratiquement rien aujourd’hui, harmonisation du salaire minimum, combat contre le « Dumping » sur les salaires, augmentation de la taxe carbone, projet dans le domaine éducatif et de la formation professionnelle, coopération dans la lutte anti-terrorisme, alliances dans le numérique, la  taxation européenne des Gafa (géants du numérique), le financement des start-up avec la mise ne place d’une agence européenne de l’innovation…

Voilà donc  des projets concrets pour faire avancer la construction de l´Union Européenne inachevée !

Continuons donc alors : rendre le parlement européen, la Commission Européenne et leurs prérogatives  plus démocratique. Nouvelle initiative, mettre en place un budget pour la zone Euro verrait la nomination d’un Ministre Européen des Finances

Wolfgang Schäuble a marqué à maintes fois son intérêt envers ces démarches. Seulement voilà, il va quitter ses fonctions dans les prochaines semaines.

La chancelière Merkel doit contenir son élan dans cette suite post-électorale aux issues encore incertaines. Pragmatique, elle se garde bien de se prononcer franchement au risque de froisser ces possibles membres d’une coalition aux couleurs jamaïcaines. Les Verts seraient favorables, les Jaunes y seraient opposés, entre les deux, le cœur d’Angela se balance.

Pourquoi donc tant d’hostilités Outre-Rhin ?

Une certaine presse en Allemagne cultive cet esprit du refus, prenant l’argument phare du FDP et son chef de file Christian Lindner. Leur crainte est que le budget de la zone Euro serve à assainir les déficits publics avec l’argent du contribuable allemand.

Argument légitime ou absurde ? il suffit de relire les propositions de Macron et son programme. Les fantômes grecs, espagnols et portugais ont laissé leurs traces dans les mémoires. Pourtant, la dette publique dans la zone Euro poursuit sa décrue, passant sous la barre des 90% du PIB européen.

Depuis des années en Allemagne, certaines personnalités du monde politique, experts de la finance, journalistes, se sont penchés sur les problèmes chroniques de la France : déficit budgétaire chronique, chômage de masse,  immobilisme de plusieurs décennies, manque de réformes , autres malaises publiés, analysés, critiqués et bien d’autre encore. La liste n’est pas exhaustive, loin de là.

Macron arrive et bouleverse, chamboule tout.

Il prend simplement le taureau par les cornes. Son dynamisme provoque une grande vague dans le paysage politique français. Un parlement complètement renouvelé, de nouveaux parlementaires issus du peuple, de la vie de tous les jours siègent aujourd’hui dans les hémicycles. Dont 223 femmes.

Des réformes sont menées au pas de charge dans un pays répute comme irréformable : institutions, code du travail, moralisation de la vie politique, enseignement, formation professionnelle, fiscalité, social.

Oui, tout y passe, tel le rouleau compresseur, et ça marche bien. Croyez-nous !

Le fardeau porté par l’Allemagne est lourd, très lourd indéniablement. Les épaules d’Angela doivent être larges, seule à avoir porté la fierté européenne dans la crises des réfugiés politiques. Elle a su calmer, rassembler autour de multiples thèmes au fil des crises diverses, elle ne peut pas tout faire cependant.

Le temps est venu de porter ensemble ce fardeau. Pour maintenir et intensifier cette intégration européenne, l’Allemagne trouve en la France un partenaire de choix. Un président Macron pro-européen, fiable, sincère, fidèle dans ses engagements.

Le tandem historique France-Allemagne est certes le moteur européen. Cependant, n’oublions jamais que le pouvoir européen est par nature collégial !

Pourquoi donc autant de tribunes acerbes, d’articles publiés, de prises de position politique envers les réformes proposées par le Président Emmanuel Macron ? Pourquoi tant de méfiance ?

Il est pour une Europe forte, sociale, plus démocratique et solidaire. Tout simplement.

Les clichés traditionnels « le béret, le fromage, la baquette de pain, le litre de vin » sur la France ressurgiraient-ils à la lumière de l’actualité ? Pourtant, en regardant la France d’Aujourd’hui, cette France moderne dont nous sommes fiers, nous ne voyons aucune différence entre une jeunesse Française et une jeunesse Allemande vivant à l´âge du numérique.

Alors, mesdames et messieurs de la presse et de la politique, affranchissez-vous de vos craintes, de vos clichés et regardons ensemble l’avenir, mais surtout, bâtissons ensemble l’Europe de demain.

Co-auteurs : Alain Jacques Bourdichon, Tanice

Eine Antwort auf „Pourquoi tant de craintes en Allemagne aux regards de la démarche d’Emmanuel Macron ?

  1. Je suis absolument d’accord que l’Europe est un projet collégial.
    Il ne faut pas freiner Macron quand il veut arriver au 21ième siècle. Mais il faut convaincre les Allemands qu’ils ne vont pas perdre leur sécurité quand on suit Macron.
    Moi, comme Allemande, je comprends les peurs de perdre qui ont marqués tellement notre bourgeoisie. Personne n’oublie l’inflation des années trente du siècle dernier. Il faut prendre au sérieux ces peurs qui se sont engravées dans l’âme allemande. Les Allemands suivent la sécurité, pas la liberté.
    Il faut les comprendre avant de les convaincre.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.