Le clivage politique, une expression que nous apprendrons à oublier?

Il y a eu cette Guerre Froide de 1947 à 1991 que les manuels d’Histoire enseignent aux jeunes générations, ce clivage idéologique opposant l’Ouest et l’Est, à laquelle des hommes politiques ont courageusement mis fin. La chute du mur de Berlin en 1990 en est devenu le symbole.

Il y a ce clivage politique qui a su structurer les débats en France pendant des décennies, cette éternelle opposition entre la Droite et la Gauche. Son historique est longue, ses origines remontant à la Révolution Française.
Le clivage est à associer aux enjeux et aux luttes permanentes. Un état de faits tellement sclérose que nous assistons à des guerres fratricides au sein même des grands partis et mouvements politiques. La campagne présidentielle a permis de mettre en évidence ces nombreuse dissensions.

Le constat est clair : les Français accusent un ras-le-bol car il y a un affaissement certain des croyances politique.

Emmanuel Macron, La République En Marche transcendent ces clivages.

En apportant une véritable alternance, le Citoyen retrouve ces valeurs qui lui ont tant manquées : celles d’être au centre de l’action politique. L’offre politique est simple : elle est libérale sur le plan économique, elle est libérale sur le plan sociétal.
S’affranchir des clivages politiques traditionnels sera un défi dans les semaines et les mois à venir. Un apprentissage passionnant, exigeant, rude aussi avec un but, celui de la concorde.

Alors, oui, c’est à ce moment-là précisément que nous oublierons le mot clivage.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.