Assumer notre identité européenne : le chemin à parcourir est long.

Partager l’identité européenne nous semblait être évident en Europe. Nous sommes pourtant loin de la réalité, car, selon certains pays, cette croyance est erronée.

Comme le village gaulois d’Astérix et Obélix, certaines régions en Europe, pas si éloignées que nous pourrions le supposer, ne cultivent pas l’identité européenne. Dans son dernier article du 11 septembre dernier, Karin Finkenzeller nous décrit dans son excellent article « Tyrol du Sud : être étrangers dans leur propre pays » une bien triste réalité

À le lire, il nous démontre combien nous sommes loin en Europe d´accepter l’identité Européenne qui est pourtant la nôtre. Il nous livre un tout autre aspect sur l’acceptation logique d´être Européen et Européenne, ou non. Pour la jeune génération «Z», celle qui jouit d´une mobilité sans limite, qui noue des contacts par les réseaux sociaux, sans aucune mesure avec les autres générations précédentes, l’identité européenne est une réalité.

N’ignorons pas que la plupart de ses membres, très souvent polyglottes, est en mesure de tenir des discours d’adultes avec une grande souveraineté. La pertinence, l’aisance et l’assurance dans toutes les interventions de Greta Thunberg, initiatrice du mouvement Fridays for Future, nous interpellent.

Le paradigme de l’identité européenne

L’identité européenne, est un sentiment tout à fait normal et pleinement partagé pour cette génération «Z» qui vit cette Europe sans frontières depuis leur naissance. Une jeunesse qui n’a ni connu l’existence du « Mur de Berlin », ni le « Pacte de Varsovie ». Bien plus, ces pays de l’Est, souvent occupés par l´armée Soviétique, sont aujourd’hui membre de l’Union Européenne. Citons -les alors : la Pologne, la Hongrie, la République Tchèque, la Slovaquie, la Bulgarie, la Lettonie, l’Estonie, la Lituanie. Ce sont ces pays qui depuis connaissent une prospérité jusque là inconnue et une paix presque miraculeuse.

L’anachronisme du Tyrol du Sud est alors une triste réalité.

Les principes de 14-18 s’y perpétuent, comme si le temps s’était arrêté depuis 100 ans. Ce sont des principes ethniques qui y règnent. Les traditionalistes et les nationalistes y défendent leur tradition, leur langue, leur dialecte.

Être admis dans un groupe linguistique est la clef du devenir. Frustrant pour les italiens dans le sud de la région, inquiétant pour certaines ethnies germanophones ou encore pour la minorité latine. Le système « Proporz » y est encore d’actualité : la répartition des mandats, des sièges se fait en fonction du rapport des suffrages exprimés par les partis, en fonction du rapport des pouvoirs des confessions ou d’autres groupes. Dans cette zizanie, il est clair que la Lega y plante son ancrage local.

Pourtant cet anachronisme n´est pas un phénomène irréversible voire irrévocable.

La Suisse, notre petit voisin, nous démontre un modèle de coexistence de divers groupes autochtones parlant des langues différentes. Le bilinguisme y est une rigueur minimale. Cette facilité dans la communication favorise une meilleure intégration, Bien plus, elle constitue une richesse évidente par la diversité culturelle.

L’ Anglais est aujourd’hui ce que le Latin était au Moyen-Âge.

Moins illustre que son modèle historique, l’Anglais est devenu la langue universelle par excellence. La langue est le trait d’union entre nous tous. Greta Thunberg ne s’y est pas trompée. Son mouvement Fridays for Future, portée exclusivement par la langue de Shakespeare, en est la parfaite démonstration.

C’est cette génération Z qui, aujourd’hui, en Europe, passe outre les susceptibilités linguistiques, ethniques et régionales, comme celle du Tyrol. C’est cette même génération Z qui bouscule les politiques, leurs acteurs et leurs manipulateurs pour leur imposer d’agir, de rénover, de transformer. Quand la politique s’ankylose, la génération Z fonce.

Nous avons alors toutes les raisons d’être optimistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *