Le nouveau traité entre la France et l’Allemagne consacre l’amitié franco-allemande et la paix.

La date du 22 janvier 2019 marquera la consécration de l’amitié entre l’Allemagne et la France. L’acte solennel d’Aix-la-Chapelle nous rappelle que rien n’est impossible quand, dans le dialogue, on apprend à mieux comprendre et à accepter son voisin.

Nous nous battons pourtant, de part et d’autre contre certains clichés et rancœurs que de nombreux acteurs cultivent ouvertement. Quitte à nous faire oublier cet héritage macabre que le nationalisme et l’extrémisme avaient amené. Les croix blanches dans les cimetières militaires, les longues listes gravées sur les monuments aux morts dans chaque village et ville nous interpellent chaque jour pourtant.

La renaissance d’un vocabulaire pourtant banni, obsolète, comme l’Ennemi héréditaire, la Grande Nation surprend. Cette réciprocité des deux côtés est en parfaite contradiction avec le contrat d’amitié franco-allemand. Un discrédit qui est pourtant porté par une certaine presse en Allemagne tirant à boulet rouge. Ou un dénigrement qui est entretenu par Marine et son équipe à grand renfort de fausses informations et de démagogie. Les réseaux sociaux y mettent alors leur sel et assaisonne la sauce. Nous voilà alors bien mal servis.

Le délire ne fait que continuer à bien y regarder.

Le comparse allemand de Marine, Alexander de son prénom, trouve de grandes similitudes à comparer l’Union Européenne avec le régime nazi. C’est aussi lui qui tenait en 2017 des propos racistes envers une politicienne d´origine turque, pourtant ministre de l’Intégration dans un précédent gouvernement d’Angela Merkel. Le tout dans une indifférence totale qui prime sur des conséquences plus que légitimes.

Que penser alors des allégations et affabulations de cette extrême droite française, au bord du délire collectif, à vouloir entretenir coûte que coûte une germanophobie pourtant obsolète. L’absurdité est au rendez-vous devant tant de monstruosités. C’est faire preuve d’inculture à entretenir ce mensonge. Mais c’est aussi une irresponsabilité politique flagrante.

La viralité au service de cette irresponsabilité.

La gravité des propos tenus par Marine ou Alexander devient pire avec la viralité dont les réseaux sociaux sont les vecteurs principaux et incontournables. Permettez-moi aussi de rapprocher cette situation avec celle des années 1930-1939 et de trouver dans la démarche de nombreuses similitudes. Cet engrenage infernal, celui des extrêmes, est celui qui conduisit directement vers la catastrophe. Les moyens étaient différents certes, la finalité, elle, reste.

Le contrat d’amitié entre l’Allemagne et la France est un gage pour nos enfants et les générations futures.

Cette amitié, c’est aussi un bouclier contre le spectre du nationalisme, du fascisme et de la démagogie. La preuve d’une paix pérenne est indéniable dès lors que l’on apprend à discuter, à travailler et à construire ensemble. Quitte à faire de la peine à Marine ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *