Chapitres 1 à 12 d’un livre qui en comptera soixante. Le bilan, 365 jours après.

Les premiers chapitres sont écrits. Nous le savons bosseur, romanesque et littéraire. Il incarne la transformation en créant un changement de climat politique et économique. La France est perçue aujourd’hui comme un pays fort en Europe et au-delà. Alors nommons-le : Emmanuel Macron.

Réconcilier le peuple français avec la politique alors que ledit pouvoir était sorti depuis très longtemps de l’émotion populaire est sans aucun doute une première réussite. The Guardians parlait en juin 2017 de Macron’s quiet revolution of the centre.

La fin du clivage gauche-droit marque cette réconciliation. C’est la première d’une longue série.

Il a dynamité le paysage politique en France, aidés par une bande très loyale d’artificiers. Il a déjà beaucoup fait et beaucoup obtenu. Wolfgang Schaüble annonce la couleur sans détour : « Non seulement, il a impulsé des réformes, mais il a commencé à les mettre en œuvre. ».

Le peuple de gaulois, dont la réputation d’être ingouvernable est encore bien présente dans le monde, démontre que l’impossible est possible. Le Vercingétorix du 21ème siècle ne s’arrêtera pas à Alésia, qu’on se le dise bien!

Parti de rien, c’est un mouvement populaire qu’Emmanuel Macron a su faire bouger. Du jamais vu en France, mais en Europe aussi. Uniquement ?

Macron’s promise of a new beginning also has extensive foreign-policy implications”, c’est ce que retient le cercle de réflexion et d’influence sur la politique étrangère de Washington DC, Center for Strategic and International Studies (CSIS) dans sons analyse du 24 avril dernier.

Sur le plan international, la France a souffert d’un isolement politique. Le CSIS parle même d’un avertissement entre 2003 et 2013 qui a pu entraîner une perte d’influence certaine sur l’échiquier mondial. Dans le même temps, la France s’est enfoncée dans une crise existentielle majeure. Des indicateurs économiques négatifs, des promesses non tenues ont alimenté la contestation sociale.

La France aurait pu continuer dans cette direction, aurait pu accepter ce modèle perdant. L’Histoire de France nous a démontré à maintes reprises que c’est bien souvent dans de telles situations qu’elle sait rebondir. Et c’est ce qui se passe ! L’onde de choc du terrorisme et du populisme a réveillé le pays.

In these times of international volatility and unprecedented security threats, France came to the realization that, in order to recover control over its own fate, it had to rethink its international role.

Pour reprendre le contrôle de son propre destin, la France devait repenser son rôle international.

Ce retour, c’est Emmanuel Macron qui l’incarne. En termes de fiabilité, de réputation, il insuffle un ordre libéral multinational. Rendons cependant à César ce qui lui appartient : ce retour a été amorcé par ces prédécesseurs bien avant que lui n’arrive sur le devant de la scène. La seule différence, c’est que Macron a su articuler ces efforts et sait proposer des solutions innovantes. Il les exprime haut et fort, il les défend. La confiance et l’adhésion suivent alors.

Le CSIS poursuit : « La nouvelle marque de commerce de la politique étrangère française est l’agilité, combinant une prise de décision rapide, la résolution et la rapidité. (…). La flexibilité complète l’agilité. Fervent partisan du multilatéralisme, la France est également pragmatique ». Emmanuel Macron ne manque pas de le rappeler comme dernièrement lors de son voyage en Australie. Les efforts ne s’arrêtent pas là heureusement.

Redynamiser et refonder l’Europe. L’Europe et son modèle politique sont uniques au monde.

Emmanuel Macron l’a parfaitement décrit dans ses discours majeurs sur l’Europe : la Sorbonne, Athènes et dernièrement Strasbourg.

Le constat est bien là : il faut faire tomber ce clivage au sein de l’Europe. Celui qui sépare les partisans de l’ouverture contre les forces politiques qui utilisent tous les ingrédients possibles pour inciter vers un repli national, voire nationaliste. L’absence de croissance en Europe est jusqu’ici une source intarissable du populisme. Le fossé entre les institutions européens et les citoyens européens ne peut qu’entretenir et perdurer les incertitudes que nous connaissons en Hongrie, en Espagne, en Allemagne et dernièrement en Italie.

Face à ces théories déclinistes, Macron oppose l’ambition, la solidarité. Au-delà d’un discours renouvelé, offensif peut-être aussi, il propose, encore et encore.

Ce qui ne peut que renforcer sa crédibilité tout comme donner à la France une position de leadership. La France retrouve alors une position centrale au sein de l’Union Européenne. La volonté réformiste est en train de changer de camp sans aucun doute possible.

Est-il osé de défendre une souveraineté européenne ?

Non, il nous faut bouger les équilibres jusqu’ici acquis et ancrés qui fait que l’Europe subit. Ce ressenti est très fort. L’Union européenne, en proie à des désaccords internes, n’a pas encore atteint l’importance sur la scène mondiale. Or, l’erreur est bien là : l’Europe est une puissance mondiale qui doit être reconnue et respectée comme telle.

Il nous faut acter les bouleversements économiques, environnementaux, numériques dans le Monde. Nous devons alors apporter les bonnes réponses. Il serait faux de croire aujourd’hui que seul un pays en Europe serait à même de les résoudre. Ces défis touchent au régalien, indéniablement. L’isolement ne peut être en aucun cas LA solution. Bien au contraire !

C’est bien à cet exercice d’endurance et de volonté politique auquel Macron se livre aujourd’hui.

La réponse adéquate est celle d’organiser l’exercice en commun. La réponse est de fédérer les compétences. Car il y a une complémentarité évidente. C’est en articulant les efforts aussi bien sur le plan national qu’européen que nous trouverons les moyens de bâtir une puissance mondiale. Le lecteur avisé comprend parfaitement alors que nous ne parlons pas de substitution et encore moins d’arrogance.

C’est notre devoir de responsables politiques d’expliquer aux citoyens que la construction européenne est ce qu’on peut faire de mieux pour leur avenir. C’est ce que fait Emmanuel Macron avec beaucoup de succès, et c’est une chance pour nous et pour l’Europe.
Wolfgang Schaüble

365 jours après son élection, Emmanuel Macron semble réussir à sensibiliser, tant sur le plan international qu’européen.

Sa crédibilité, il se doit avant tout de la gagner en France en reconciliant les Françaises et les Français autour d’un projet rassembleur. Celui d’En Marche ! l’est car il se base sur une intelligence collective de bon sens.

Sa force, il la trouve entre-autre dans la bienveillance. Loin d’être un signe de faiblesse. Il choisit de mettre de côté ses intérêts pour se mettre corps et âmes au service de l’intérêt général. Il a reçu un mandat et s’est engagé, il le dit, il le fait.

Son style « start-up » surprend et peut désarçonner, j’en conviens. Il met en avant une certaine idée du risque, de sa valorisation. Mais de dit-on pas « Il n’y a pas de projet sans risque, mais, pour une entreprise, le plus grand risque est de ne pas faire de projet » ?

Ce qui est sûr, c’est qu’à ce jour Macron transforme une France en une proposition innovante. Il a repris le débat sur l’Europe alors que celui avait été abandonné par les grands partis politiques. Il recrée des liens qui s’étaient distendus : en France, en Europe, sur le plan international.

Certes, le bilan n’est pas encore très étoffé, les fondations de la maison France deviennent solides, très solides. Macron a un obligation de délivrer. Mais de vous à moi, je reste confiant, très confiant sur les prochains chapitres. Une chose est sûre : « France is back » !

Sources:

Lire The “Macron Miracle” Could Transform France Into a Global Powerhouse (en langue anglaise)
Auteur : Boris Boucas
Source : Center for Strategic and International Studies (CSIS) du 24 avril 2018

Lire « Wolfgang Schäuble : « Macron est une chance pour l’Europe« 
Auteurs : Hélène Kohl, François Clemenceau
Source :  Europe1 / Le Journal du Dimanche (JDD) du 28 avril 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *