La presse internationale séduite par Emmanuel Macron. Le revirement médiatique tant attendu se profile.

Cette presse internationale, si dubitative encore il y a quelques semaines sur le phénomène En Marche!, retournerait-elle sa veste au fil du temps ?


Tout observateur que nous sommes, le rythme des louanges médiatiques interpelle, signe que le berger a su rappeler ses moutons médiatiques pour les placer dans la bergerie.

2017 aura été une année politique majeure tellement le paysage politique français a bougé.

Force est de constater que cela fait tache d’huile, que cela génère un regain d’intérêt au-delà des frontières de la Métropole. Non pas par curiosité, ce temps est passé, mais plus par réflexion sur sa propre position ou situation.

Il ne s’agit pas d’un exercice d’autosatisfaction devant un miroir magique. Non, il suffit de prendre le temps de lire la presse internationale pour comprendre cette mutation dans l’approche du phénomène Macron et En Marche!.

Elle voulait voir des résultats, c’est la France qui les lui livre ! La presse doutait de notre capacité de réformer, c’est le gouvernement d’Edouard Philippe qui lui en montre le chemin ! Les médias prédisaient une nouvelle révolution dans la rue, c’est par le dialogue et l’empathie que Macron la déjoue !

Commençons alors un petit tour d’horizon depuis les États-Unis !

Le magazine Time publie en novembre « The next leader in Europe ! » qu’il accompagne d’une astérisque qui n’aura échappé à personne « …. If only he can lead France ! ». L’interprétation reste libre certes, l’auteur dresse un bilan détaillé du chemin parcours, tant que sur le plan sociétal, environnemental, climatique qu’international. Le retour de la France sur la scène internationale est implicitement mis en avant.

For Macron to have a chance of remaking Europe—or, for that matter, to emerge as a new world leader—he will need to fix his own country(…) “France has a voice and a role to play,” he says. “But this role cannot be played, and your voice is not even listened to, if you don’t perform at home.”

L’article décrit minutieusement le chemin charismatique d’Emmanuel Macron sans oublier d’évoquer le risque populiste s’il devait échouer. Il dénombre les enjeux que le mouvement En Marche ! résout en s’y attaquant méthodiquement. N’oublions pas tous les uns comme les autres : Emmanuel ne fait que faire que ce qu’il a dit. C’est la raison essentielle de son mandat, celle pour laquelle les Françaises et les Français lui ont apporté leur confiance.

“Our generation will not have the luxury just to manage Europe,” he says. “We will have to refound it.”

Le bilan séduit assurément. Time dessine des perspectives au-delà de 2027, c’est à dire après deux quinquennats macroniens. À bien les comprendre, le magazine croit tenir un nouveau leader européen avec un grand avenir.

Retour médiatique en Allemagne, cette fois-ci avec l’article d’Albrecht Meier du Tagesspiegel.

« Macron übernimmt Merkels Führungsrolle in Europa ». « Macron, roi de l’Europe en est la traduction.

Albrecht décrit ce vent d’optimisme que Macron et En Marche ! insuffle dans ce pays tant décrié et critiqué par les Allemands et la presse allemande durant les mandats présidentiels précédents. Il n’hésite pas à parler de mission : celle de réconcilier la France avec elle-même.

Il reste réaliste et met en avant une passation générationnelle de pouvoir entre Merkel et Macron quasi évidente.

« L’impasse politique dans laquelle se trouve Berlin montre à quel point le rôle du couple franco-allemand a changé. Pendant des années, Angela Merkel a donné le ton en Europe (…). La donne est toutefois en train de changer. »

Les attentes légitimes de réformes profondes sont satisfaites : c’est en balayant avant tout devant sa porte que l’on devient crédible. Albrecht parle de machinerie gouvernementale, en marche elle aussi. Aussi conclut-il sur une note optimiste : « il est déjà évident que le jeune président a réussi à insuffler un sentiment de renouveau non seulement dans son pays, mais dans l’UE toute entière »

Retour en France avec la revue Courrier International qui propose à ses lecteurs une sélection du meilleur de la presse étrangère.

Vu d’Allemagne, la revue retient la désignation d’Emmanuel Macron comme personnalité de l’année 2017 par le journal économique allemand Handelsblatt.

Devons-nous nous étonner alors que le Washington Post fasse de Macron un nouveau leader sur la question environnementale ? « France’s Macron takes lead in climate change battle, with the U.S. absent ».

Une certaine reconnaissance d’un leadership naissant, qu’il soit européen, climatique ou encore diplomatique. « For political analysts, Tuesday’s summit provided further evidence of Macron’s desire to assert France as a principal mediator in virtually every important global deliberation, especially on climate change. »

Que dire encore de la revue Foreign Affairs qui titre « Macron’s World : How the New President Is Remaking France » ?

Ronald Tiersky signe en arguant que la France a enfin un nouvel homme politique de carrure digne de celle de De Gaulle et de Mitterrand. Un président de la transformation.

L’auteur prend le temps de décortiquer la méthode Macron, tant sur le plan national qu’international. La critique se veut positive, sincère et cible les résultats acquis.

Rajeunir la France, c’est transformer la complaisance française en ambition, en transformant un pays qui a perdu son énergie en une nation dynamique et entrepreneuriale avec un sens renouvelé du but national.

« For Macron, reforming France and reforming the EU represent two sides of the same coin ». La question européenne focalise sans aucun doute aussi de l’autre côté de l’Atlantique. Une Europe forte passe par un couple franco-allemand uni. Incontestablement.

Aussi, Sigmar Gabriel, poids lourd du SPD allemand, le rappelait lui dans le Handelsblatt du 14 décembre 2017: Emmanuel Macron est une chance pour l’Allemagne et pour l’Europe, il parle même de visionnaire. Emmanuel Macron secoue le cocotier allemand, et ça bouge drôlement.

La liste des articles, des tribunes et assimilés n’est pas exhaustive, loin de là.

Pourtant, il ne faudrait pas oublier ces détracteurs qui le resteront par principe peut-être et qui sont indispensables dans une démocratie. Macron le rappelait dans un entretien télévisé dernièrement : il y a beaucoup à apprendre de l’opposition.

Soyons clairs: on ne peut pas faire l’unanimité, c’est aussi simple que cela.

Néanmoins, la démarche se veut dynamique, innovatrice, elle définit un mouvement accrocheur et fédérateur. Ce sont des attentes légitimes à lesquelles le président Macron répond point par point.

Il n’en reste pas moins en cette fin d’année 2017 que le revirement médiatique est bien là, ancré et récurrent. Cela met du baume au cœur de ces milliers de Marcheurs en France et dans le Monde qui accompagnent ce renouveau politique. Chacun à son façon, avec ses propres moyens et/ou avec les comités locaux, mais efficace, très efficace.

2018 pointe son bout de nez dans quelques jours et déjà, cette année s’avérera cruciale. Déjà, un mouvement pro-Macron émerge au Parlement européen : « Refondation européenne » avec plus de 70 soutiens. Les enjeux des élections européennes de mars 2019 se dessinent.

Mais aujourd’hui, une chose est sûre : nous saurons séduire et convaincre nos concitoyens européens du fondé de notre mouvement progressiste.

Joyeux Noël à tous.

Co-auteurs: Alain-Jacques Bourdichon, Tanice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *