Heimat ohne Halt, Gedanken eines Verzweifelten. Les indépendantistes et le visage hideux du nationalisme

Heimat ohne Halt… Daniel Brühl kommt aus Barcelona, doch heute erkennt der Schauspieler seine Stadt kaum wieder. Separatisten geben den Ton an, Zwiespalt ersetzt Vertrautheit. Gedanken eines Verzweifelten über ein Katalonien in Aufruhr.

« Manchmal ist es schicksalhaft, was für einen Eindruck du von einer Stadt hast. Vor ein paar Wochen war ich nach langer Zeit wieder in Barcelona, mit meiner Frau; und es ist uns etwas Schreckliches passiert. Wir waren im Taxi auf dem Weg zu einem Konzert und wollten unterwegs noch rasch etwas in einer Apotheke im Born-Viertel holen, als plötzlich eine Frau nach einer Ambulanz schrie.

Dann habe ich zum ersten Mal einen toten Menschen gesehen.

Eine vielleicht siebzigjährige Frau, die mit verbogenen Beinen reglos in einer Blutlache auf der Straße lag. Ich blickte auf und sah eine offene Balkontür. Ich habe keine Ahnung, was der Frau passiert war, ob es ein Unfall war, ob sie ermordet wurde, ob sie sich selbst das Leben nahm. Wer weiß.

Aber ich komme nicht umhin zu glauben, dass es kein Zufall sein kann, dass ich so etwas jetzt gesehen habe, da sich die Bilder, die ich mit Barcelona verbinde, so radikal verschoben haben. (…) »

La renaissance du nationalisme régionalisme

En reprenant le thème politique actuel de l’indépendance de la Catalogne, l´acteur Daniel Brühl ,dans son brillant article « Heimat ohne Halt » dans le dernier numéro du 27 octobre 2017 dans le Süddeutsche Zeitung décrit une situation très discutée, controversée. Une situation qui polarise  les familles, qui plus est quand celles-ci sont multiculturelles.

Il décrit avec une grande clairvoyance  et une grande tristesse la situation actuelle dans sa « ville de naissance », Barcelone, celle de 2017 et non celle de 1938-39, celle  de l’époque tragique sous le Général Franco.

Son article est un cri de détresse en regard de cet affrontement entre extrémistes régionalistes catalans et partisans de l’unité espagnole. Il ne peut plus comprendre que ce régionalisme catalan fier de sa langue , de ses traditions, bien qu’ouvert sur les autres cultures depuis des années puisse sombrer dans l’obscurantisme. Puidgemont,  soutenu par un Gouvernement Régional dont il est son Président, est le cheval de proue du mouvement séparatiste.

Dimanche le 29. Octobre 2017, l’ex-Président s’est enfui en Belgique en laissant seuls ses partisans. Comme en Angleterre après le Brexit du reste, c’est un nouvel exemple de ce que les populistes ont tous,comme sens  des responsabilités envers le peuple et la nation dont ils se disent vouloir défendre les intérêts!

Ainsi commence le récit d´un homme brisé par la réalité d’une tragédie dont nous pensions qu´elle appartenait au passé

Ce passé,  personne ne le souhaite car il risque de nouveau de déchirer comme un voile de soie l’âme de cette nation espagnole, marquée à jamais par une guerre civile  tragique et abominable.

Le 20 novembre 1936, José Antonio Primo de Rivera, emprisonné depuis mars, est exécuté par la République espagnole après jugement. Ainsi commence une guerre civile qui amènera le Général Francisco Franco au pouvoir et l´instauration d´une dictature jusqu’à sa mort, le 20 novembre 1975.

Désigné par le Caudillo,  le nouveau Roi d’Espagne Juan Carlos 1er accède au pouvoir. Il fait passer en quelques mois le pays dans le camp des démocraties : c’est la « transition démocratique“. En 1977, il fait organiser les premières élections démocratiques depuis l’instauration de la dictature.

C´est cela qu´il faut rappeler aux jeunes catalans.

De cette nouvelle démocratie, la Catalogne en profite pleinement.  D’une Europe unie également.  La prise du pouvoir et des institutions par des séparatistes radicaux qui veulent une indépendance utopique remet tout en question.

Certes, les reproches de corruption et autres accusations formulées à l’encontre du gouvernement central à Madrid sont sans aucun doute vérifiables. Ils ne justifient  pas un « Coup d’État » par  le gouvernement catalan. Le Parlement Régional de Catalogne a pourtant voté une indépendance sur la base d’un référendum. Arguer une majorité de 90% avec une participation de 40% invérifiables, ne constitue aucun légitimité.

Effectivement,  il s’agit des indépendantistes d’un « Coup d’État »!

80 ans après,  les démons du passé d’un régionalisme réapparaissent en Espagne , Ce n’est pas uniquement un phénomène catalan mais semble-t-il universel.

La question est de savoir comment cela est-il possible? Il suffit à quelques démagogues et populistes, de rappeler nos  soi-disantes différences ethniques qui remontent aux siècles passés.

La Catalogne  pourrait servir d’exemple pour utiliser le thème indépendantiste afin de couvrir des desseins différents comme le populisme, l’ultra-nationalisme ou encore la religion. L’Histoire hélas nous rappelle au souvenir, tout comme les événements actuels au Moyen-Orient.

Daniel Brühl poursuit : « die Gräben werden täglich tiefer, auch im persönlichen Umfeld. Ich wurde vor fast 40 Jahren in Barcelona geboren. Es war immer meine Stadt. Ich habe hier als Kind gespielt und als Schauspieler gearbeitet. Ich habe hier Familienangehörige, Freunde, Schauspielerkollegen, Regisseure; hier spielt mein Klub, der FC Barcelona, im Camp Nou, dem besten Stadion der Welt.

Barcelona war mein Zufluchtsort, vor allem in persönlichen Krisensituationen. Dieses goldene, gleißende Licht der mediterranen Sonne, die offenherzigen Menschen, die Märkte, die Bars, das Essen machten alles so unbeschwert. Es ist noch nicht so lange her, dass meine Frau und ich darüber gesprochen haben, zumindest eine Zeit lang nach Barcelona zu ziehen. Erst recht, nachdem unser Sohn geboren wurde. Ich will nicht ausschließen, es eines Tages zu tun. Aber es fällt mir schwerer, seit ich fassungslos die Nachrichten in spanischen und deutschen Zeitungen lese, die davon handeln, dass Katalonien sich von Spanien abspalten will. Seither frage ich mich, ob Barcelona das noch ist oder sein kann: Heimat. Oder ob man gerade dabei ist, mir etwas zu nehmen….(…) »

On peut voir où le nationalisme régional peut mener, comme en 1933-1938 en Espagne. En créant la CEE il y a plus de 50 ans (1957), nous avions cru que ce nouveau fléau du nationalisme ne reviendrait jamais, plus jamais! Il a coûté des millions de vies il y a plus de 70 ans, aujourd´hui c´est entre-autre, l´Irak, Syrie, Afghanistan.

Face à ce passé amer, nous devons unir nos efforts pour un avenir meilleur!

D’innombrables stéréotypes et préjugés du passé sont particulièrement en vogue, dont certains sont propagés par les médias.

Les différences interculturelles, les caractéristiques de la personnalité des différents souches européennes sont probablement « si infimes » que nous ne pouvons trouver aucunes différences aujourd’hui´hui. Le phénomène est amplifié par  la mondialisation et ce nouveau monde du numérique.

Faire la différence physique et intellectuelle  entre les Allemands et les Français et encore moins entre un Espagnol et un Catalan, est non seulement stupide mais aussi xénophobe.

Ne retombons pas dans ce scénario classique qui oppose le Nord au Sud, l’Est à l’Ouest. Ces clichés et ces rituels ne font que nourrir les mouvements démagogues, populistes. Leurs détracteurs n’hésitent pas à s’en servir pour fasciner et endoctriner au titre d’une idéologie partisane. L’Europe ne mérite pas cela, elle vaut bien mieux.

De telles thèses ont souvent été utilisées pour alimenter le ressentiment ou pour justifier la supériorité de sa propre culture. Au XVIIème siècle, le philosophe Montesquieu était convaincu que dans les régions du nord du pays, les gens étaient plus vertueux, mais plus ils voyageaient vers le sud, plus le moral était élevé. Cependant, Dieu merci, il s’est avéré que c’était faux, les premières « fake news » !

Le temps est venu  de changer au-delà de ces difficultés!

Ces jeunes politiciens comme le président E. Macron en France, Sebastian Kurz an Autriche, Christian Lindner en Allemagne, le premier ministre Matteo Renzi en Italie, la chancelière Angela Merkel mais aussi tout particulièrement les médias européens ont une mission majeure à remplir :  se débarrasser de ce nouveau fléau parasitaire nationaliste et régionaliste-nationaliste.

Ce fléau se répand dans toute l’Europe,  et met en danger cette paix précaire que nous jouissons depuis 70 ans. Nos politiciens n’ont plus d´excuse, c’est la dernière chance : ils doivent convaincre les citoyens européens  de leurs nouvelles visions. Leurs politiques doivent offrir de nouvelles perspectives dans l’éducation, l’emploi, la sécurité, assurer la transition numérique, et offrir un avenir durable aux jeunes générations.

C´est ainsi que nous pourrons stopper cette idéologie nationaliste rétrograde venant du passé. Tournons-nous résolument vers l’avenir.

Lire l’article « Daniel Brühl über Katalonien – Heimat ohne Halt »

Un protocole de Javier Cáceres
Source: Süddeutsche Zeitung du 30 octobre 2017

2 réponses sur “Heimat ohne Halt, Gedanken eines Verzweifelten. Les indépendantistes et le visage hideux du nationalisme”

  1. En tant qu’espagnole de València, je comprends l’indépendance de Cataluña. La démocratie d’Espagne et de l’Europe m’ont rien à voir avec cela.

    Loin de l’idée de nationalisme du passé franquiste qu’ils ont bien souffert avec la interdiction de la langue et culture régionales de toute l’Espagne et pas seulement Cataluña, ils veulent juste etre indépendants car c’est une langue et cjmtirw différentes et une gestión différents du centralisme de Madrid avec une droite corrompue mais très conservatrice et catholique défendant encore la droite comme avant, mėme si je le suis bien, avec un gouvernent hypócrite et égoïste centralisé pour l’intérėt de la couronne et ses aristocrates.
    Carlos 1er était plus tolérant et a su comprendre mieux…
    Mais la crise économique a bien frappé Barcelone et les aides ne sont las équitatives en Espagne et Europe.
    Cataluña est indépendante mais elle a besoin de nous tous français, espagnols et le reste d »Europe.
    Elle veut ėtre juste un pays comme la Belgique, Luxembourg, Suisse… et etre en Europe.
    Nul ne pose la question de l’Union européenne.
    Ils faut cesser de penser à nos pays de la France et de l’Espagne comme des grandes nations impérialistes.
    C’EST INGÉRABLE !
    Et surtout avec la crise européenne et mondiale.

    Le Système Fédéral des nations européennes marcherait mieux partout et il serait le meilleur allié pour toutes les doxeaties et les Républiques européennes comme l’Espagne et la France.
    Donc vive les indépendances et l’union par fédération pour le bien de toutes et tous et la meilleure entente possible entre les pays d’Europe pour avoir un meilleur progrès économique et social.

  2. Chère Madame,

    Étant l´auteur de cet article, je viens de prendre connaissance de
    votre commentaire et je vous en remercie. Certes en prenant conscience des rancœurs et sentiments personnels des catalan/nes vis-à-vis du pouvoir central à Madrid, on peut comprendre les amertumes et rejet d´un système jugé par de nombreux opposants comme corrompu et élitaire. Les exemples sont malheureusement nombreux en ne prenant comme exemple l´époux Iñaki Urdangarin de la sœur du Roi ou le procès de l’affaire Gürtel . Toutefois dans nos soi-disant états démocratiques sans oublier les pays sous régimes dictatoriaux, cette corruption est un cancer qui n´a jamais totalement disparu. Un membre de l´Union Européenne, « Malte » vient de nous en donner un exemple après l´assassinat barbare de la journaliste Daphne Caruana Galizia qui dénonçait la corruption dans les hautes sphères. Oui nous pouvons comprendre la colère et la lassitude de millions de citoyens/nes et catalans/nes . Toutefois, cela ne justifie en rien de telles réactions indépendantistes qui ressemblent comme à une bataille entre la démocratie et le fascisme. Alors que la Constitution post-Franco de 1978 a rendu une autonomie à la Catalogne encore plus robuste qu’auparavant et a même accordé ce privilège au reste du pays !

    A toutes les époques de notre histoire européennes, il y a toujours eu des nostalgiques du passé, rêvant d´une régionalisation indépendantiste les protégeant de la mondialisation, ce qui est totalement utopique dans un monde totalement tributaire de la coopération des états mais aussi des échanges économiques, de la recherche, éducation et biens d´autres domaines comme cela est la cas entre les membres de l´Union Européenne. Certes, la construction et structures sont encore imparfaite, toutefois, l´UE nous offre à tous, aussi jusqu´à ce jour à la Catalogne et l´Espagne, une Paix que nous jouissons depuis plus de 70 ans !

    C´est les précurseurs et promoteurs de l’union de l’Europe comme le Président Schuman, Jean Monnet, Konrad Adenauer, Charles de Gaulle, et biens d´autres après eux, qui ont défendu l’idée de la convergence des États d’Europe dans un État fédéral. Ce que beaucoup d´entre nous ont oublié, avant tous ces grands promoteurs et visionnaires de l´Éurope, qui nous font défaut aujourd´hui si ce n´est ce grand espoir qu´offre le Président Emmanuel Macron, c´est notre dernière chance. Mais tous ces promoteurs, visionnaires, bien avant eux déjà au 18ème siècle, comme ce visionnaire le comte de Saint-Simon, pensait déjà à la réorganisation de l’Europe en 1814!. Il prônait une solution radicale et définitive aux problèmes de l’Europe par l’union politique de toutes ses nations ! Cela nous aurait évité les différents conflits du passé comme celui de 1870-1871 entre la France, la Prusse et l´Allemagne naissante des suites de cette guerre inutile et stupide qui a été le levain des prochains conflits, la grande guerre de 1914-1918 et celle de 1939-1945 avec plus de 65 Millions de morts et ses génocides, la guerre civile en Espagne avec ses centaines de milliers de victimes. Et actuellement ? La liste est très longue comme en Irak, Syrie, Afghanistan, Amérique du Sud et du Nord, et bien d´autres pays en Afrique et Asie, le plus tragique il semble que ces pays colonisés par nos pays soi-disant civilisés, nos pays en particulier l´Espagne /avec la Catalogne, Portugal, France, Angleterre, nous avons exporté nos virus, maladies qui ont amené avec eux des maladies contagieuses …. Amérique centrale : 4,2 millions d’habitants, dont : Salvador : 0,4 million. Amérique du Sud : Empire inca: 12 millions d’habitants, et après nous avons amplifié les différences entre ethnies basées sur notre racisme inné et conservé en nous depuis des siècles. Comme une maladie infectieuse « nous sommes différents » que nous transmettons à d´autres pays, à nos citoyens, comme cela risque d´être de nouveau entre la Catalogne et le reste de l´Espagne! Il semble que cette thérapie et soutien que nous avons reçus il y a plus de 70 ans semble en regardant ce qui se passe dans différents pays de l´EU et aussi en Catalogne/Espagne, le vaccin contre « Je suis Différent » n´a plus d´effet!

    La différence entre notre génération « 68 » et que peut-être, avec la génération actuelle et que nous n´avions pas de Smartphone, Internet, nous avions les bibliothèques dont des visionnaires, révolutionnaires, entrepreneurs, bâtisseurs du nouveau monde de l´après guerre, nous ont inspiré. Nous avions uniquement que la lecture et le cinéma, bars, musique et avec des artistes qui ont influencé plusieurs génération, aussi un début d´information audio-visuelles. Ma génération « 68 » et en tant qu´étudiant a aussi vécu ce bouleversement et confrontation avec une société qui semblait immobilisée par son passé. Comme une partie de la jeunesse actuelle qui en plus à peur de ce que la mondialisation va causer et cause comme nouvelles transformations de la société. C´est en s´engageant soi-même dans ce processus de transformation de la société en apportant ses idées et son engagement aussi dans le domaine politique en participant aux déverses élections Nationales et Européennes. C´est ainsi, que la jeunesse actuelle pourra participer activement à ce renouveau de nos infrastructures politiques, économiques, sociales, éducatives,en investissant dans des nouvelles technologies comme le digital qui va ouvrir de nouveaux horizons. Cela ne pourra se réaliser que si nous coopérons tous ensemble et non en se refermant sur nous-mêmes !

    Notre génération « 68 », nous avions un rêve peut-être utopique…Ce rêve a été de vivre dans une Europe en paix, unie, sans frontières, unitaire, indivisible, solidaire pour réaliser en commun ce voyage vers de nouveaux horizons, voler ensemble vers les étoiles tel que représente notre drapeau « Européen bleu étoilé « .
    En observant la scène politique de nombreux pays de l´UE, ce rêve semble actuellement s´effacer, s´estomper, face avec tous ces mouvements indépendantistes, régionalistes, nationalistes. Actuellement avec ce mouvement indépendantistes, vous êtes en train de le détruire car vous ne savez même pas ce que vous allez engendrer comme catastrophe qui rappelle celle de 1938 !

    Le Régionalisme- Nationaliste, vous en n´avez jamais vécu leurs vrais méfaits et tragédies que ma génération a vécu aussi sans oublier le racisme vis à vis de tout ce qui est étranger à votre culture. Outre l´exemple espagnol et Catalan, une réaction en chaîne pourrait également se produire en Écosse, dans le nord de l’Italie, en Bavière et peut-être même dans certaines parties de la France. Non je ne peux approuver un tel mouvement qui même si sur de nombreux thèmes et questions qui se posent sur des différences si infimes de mentalités, de langues, culturelles, même si on peut reconnaître certaines des accusations vis à du gouvernement à Madrid, rien ne peut justifier une indépendance utopique de la Catalogne. Certes, le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy,a fait d´énormes erreurs, mais la plus grosse est de n´avoir pas accepter la tenue d´un référendum ou d´engager des négociations sur certaines réformes ainsi que sur la question d´indépendance même si cela semble totalement utopique. Je reste convaincu qu´après un référendum « LÉGAL » la majorité des catalans et catalanes auraient refusé de se séparer du reste de l´Espagne et de l´UE en ce nouveau centenaire… Nous sommes en 2017 et non en 1938 à l´époque de Franco!

    Cordialement

    Alain J. Bourdichon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *