Merci Simone…

permettez-moi Madame ce ton quelque peu familier alors qu’enfant et adolescent je vous ai tant admirée. Votre parcours est tellement exemplaire et humble que vous êtes devenue une référence dans mon parcours d’homme. Bien sûr, quelques années nous séparent, nous sommes si proches cependant.

Je me rappelle encore de ma grand-mère vous applaudissant, un certain 26 novembre 1974. Je me souviens de ces échanges au souper entre les Grands, ces adultes déchirés sur l’avortement, sur cette hypocrisie sociétale, sur ce droit que les femmes réclamaient et que vous leur avez donné.

Je me remémore les larmes de ma mère alors qu’en 1979, le suffrage universel vous désignait Président du Parlement européen. Une grande Dame dans un monde d’hommes.

Je compris alors que la combativité et la persévérance sont des qualités essentielles, vous en étiez l’exemple. Je m’efforce encore aujourd’hui de le suivre.

Cette exemplarité Madame, c’est celle d’avoir eu le courage de vous battre pour l’Europe. Vous aviez toutes les raisons d’être vindicative. Cependant, vous avez insufflé à ma génération la nécessité de construire une Europe déjà naissante. Mais surtout, vous nous avez fait comprendre que son principal moteur, c’est l’amitié franco-allemande. Pour cela, permettez-moi de vous admirer.

Votre vison  inspire la fascination, le respect, la reconnaissance aussi. Jean d’ Ormesson l’a très bien résumé en disant, je cite « Beaucoup, en France et au-delà, voudraient vous avoir, selon leur âge, pour confidente, pour amie, pour mère, peut-être pour femme de leur vie. … Comme l’immense majorité des Français, nous vous aimons, Madame ».

La France pleure Madame, la France est en deuil. Vous avez rejoint en ce 30 juin ma Grand-Mère qui vous attendait, une de vos ferventes admiratrices. Ma mère pleure tout comme moi aussi.

A la question ce soir de mon fils, âgé de 10 ans,  sur vous, Madame,  sur votre parcours, j’ai compris à quel point nous vous devons tant. Ma fille et mon fils sont deux fruits parmi tant d’autres nés de cette amitié franco-allemande que vous avez défendue corps et âme.

En leur nom, permettez-moi Simone de vous dire merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *