Comment savoir si notre futur député fera le job ces cinq prochaines années ?

Le renouvellement de la vie politique passe sur une oxygénation de l’Assemblée Nationale. République En Marche ! est en passe de remplir ce contrat moral. Les Françaises et les Français de l’Etranger ont clairement fait part de leur choix le 4 juin dernier, le 1er tour pointe son bout de nez en Métropole dans quelques jours.

Il est donc temps de s’intéresser de savoir si notre futur député sera à même d’assurer ces cinq prochaines années. Mais concrètement, quels seront les enjeux qui l’attendent ?

La 7ème circonscription, la nôtre, regroupe environ 105 000 inscrits sur les listes électorales. Le découpage géographique, lui, répond à une règle mathématique : 1 député pour environ 100000 inscrits. Sur le principe, rien à dire, tout le monde est logé à la même enseigne.

Seulement voilà, la circonscription ne couvre pas moins de 16 pays européens où au moins 15 langues y sont parlées. La circonscription regroupe les pays suivants : Allemagne, Albanie, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Hongrie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Pologne, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, République tchèque.

Le programme  En Marche ! nécessite impérativement une majorité pour réussir sur tous les thèmes du programme. C’est ce pour quoi notre  Comité et nos adhérents œuvrent.

Notre futur député devra donc siéger, participer activement aux séances des questions au gouvernement. Réformer, cela veut dire aussi produire des travaux parlementaires. Il s’impliquera dans une ou plusieurs des huit commissions parlementaires permanentes qui examinent tous les projets de loi mais contrôlent également l’action du gouvernement. Il y aura aussi les commissions spéciales à gérer, sans oublier les commissions d’enquête, les missions parlementaires, les groupes d’étude aussi.

Oups, n’oublions pas les propositions de loi, les initiatives législatives qu’il devra formuler en notre nom et en notre sens puisque nous allons le mandater pour représenter nos intérêts. Nos attentes et nos doléances sont grandes là aussi.

S’il a réussi en quelques jours à métamorphoser l’utilisation transparente et pluraliste de la réserve parlementaire en une utilisation transparente et pluraliste de l’indemnité représentative des frais de mandat, il reste un flou dans l’esprit de chacun. Il devra donc œuvrer rapidement pour amener ici la clarté nécessaire et opérationnaliser ses promesses électorales.

Bien sûr, il sera logique qu’il instaure sur la circonscription un dialogue démocratique constructif, rénovateur de par une présence assidue et non événementielle sur la circonscription. Il devra accorder ses efforts avec les nombreux Comités EM , il devra leur rendre compte de ses actions, se concerter, accepter la critique et les réserves. Si certaines compétences semblent acquises, de nombreuses sont à acquérir : il trouvera l’énergie et le savoir au sein des comités et parmi les adhérents. Lui, seul, il ne pourra pas surmonter efficacement ce challenge républicain.

Heureusement, le citoyen est de retour dans la vie politique car il est En Marche ! vers un renouveau. Aussi, c’est avec le Citoyen que le futur député fera le job ces cinq prochaines années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *